Architecture : Langres

Langres (prononcé [lɑ̃gʁ]) est une commune française du département de la Haute-Marne, dont elle est l'une des deux sous-préfectures, en région Grand Est.

Ayant une histoire plus que millénaire d'envergure nationale, son site défensif ayant été occupé depuis le Néolithique, Langres avait au xviie siècle une réputation d'invincibilité : « La ville est dans une assiette renversée si avantageuse et habitée d’un peuple si guerrier qu’elle passe pour la pucelle du pays1. ». La ville est classée ville d'art et d'histoireville fleurie et ville internet. Ses habitants sont les Langrois, ceux de l'époque gauloise étant les Lingons.

http://www.langres.fr

Langres 52 01

https://www.tourisme-langres.com

HISTOIRE

Protohistoire et Antiquité - Toponymie

Articles détaillés : Andemantunnum et Lingons.

 

Porte gallo-romaine.

À l'instar de la plupart des autres peuples gaulois, l'ethnonyme latin des Lingons, en l'occurrence Lingonenses, s'est transmis dans le toponyme actuel de leur civitas en Gaule transalpine, l'ancienne Andemantunnum rebaptisée Langres.

Moyen Âge

Après un bref déclin résultant des invasions barbares, Langres recouvre sa prospérité dès la renaissance carolingienne, en dépit des raids dévastateurs des Normands de 888 à 8945. L'influence politique grandissante malgré la réforme grégorienne, le développement économique et le rayonnement culturel de l'évêché de Langres à la faveur des renaissances médiévales successives, parallèlement à celle de la féodalité, font de Langres une puissante cité du Moyen Âge classiquehéritière de la Civitas des Lingons.

Bénéficiant pleinement de la renaissance du xiie siècle, le diocèse de Langres devient un duché pairie, ses évêques étant à la fois ducs et pairs de la couronne de France6: en 1179Hugues III de Bourgogne octroie le titre de comte de Langres à son oncle l'évêque GauthierLouis VII de France y ajoutant la pairie et Philippe-Auguste accordant en 1200 le titre de ducaux évêques en confirmant cette dernière.

En qualité de troisième duc et pair ecclésiastique, l'évêque de Langres détient le sceptre royal durant le sacre du roi de France (avec préséance sur son métropolitain, le primat des Gaules). Au cours de cette cérémonie, il présente aussi la couronne royale avec les onze autres grands pairs de France au-dessus du chef royal avant que l'archevêque de Reims l'y dépose. À la fois grands vassaux et grands pairs de France, les ducs-évêques de Langres sont partie prenante dans les affaires générales du royaume de France en tant que membres du parlement du roi et nombre de grands seigneurs leur doivent l'hommage féodal.

Renaissance

Langres devient à la Renaissance un important foyer artistique où s'épanouissent la littérature, la peinture, l'architecture, etc. Ceci est notamment favorisé par sa proximité avec la Cour et l'importance de son diocèse. Dès la fin du XVe et le début du XVIe, plusieurs personnalités marquent la ville de Langres: Jean III d'Amboise, son successeur Jean V d'Amboise, Michel Boudet.

Une des grandes figures et un des acteurs de la Renaissance à Langres est le Cardinal de Givry. Connu pour son mécénat artistique, il commande en 15437 des tapisseries sur l'histoire de Saint-Mammès pour décorer la nef de la cathédrale de Langres. Huit tentures sont ainsi réalisées en 1544-1545 d'après Jean Cousin et par les lissiers Pierre Blasse et Jacques Langlois. Des huit, trois ont été conservées, une au Louvre et deux à la cathédrale de Langres. Le cardinal de Givry commanda également un magnifique jubé, « en forme d'arc triomphal8 ». Détruit au cours du xviiie siècle, il ne reste que très peu de fragments de ce jubé au musée d'histoire de Langres. Peu de temps après, un autre chantier est en cours à la cathédrale, celui de la chapelle Sainte-Croix, dite chapelle d'Amoncourt du nom de son commanditaire. Débuté en 1549 à la demande de Jean d'Amoncourt, archidiacre de Langres et grand ami du Cardinal de Givry, cette chapelle est par son décor [archive] un des joyaux de l'architecture renaissante à Langres. L'ornementation de la voûte à caissons [archive] de la chapelle rappelle celle de la Galerie François Ier à Fontainebleau. De même, le décor "en miroir" du carrelage [archive], daté de 1551-1552, s'inspire fortement du château d'Ecouen. Il est réalisé en faïence émaillée probablement par un atelier rouennais (Geoffroy Du Moustier), ou par Masséot Abaquesne comme le voudrait la tradition. Le dessin, quant à lui, pourrait être9 de Jean Cousin.

 

Maison Renaissance, 20 rue Cardinal Morlot

La Renaissance voit notamment se construire de beaux édifices qui subsistent aujourd'hui :

-Hôtel de Rose ou d'Amboise, 3 rue des Abbés-Couturier

-Maison Renaissance, 20 rue Cardinal Morlot

-Maison dite des Cuirasses, 10 rue St-Didier

-Hôtel du 3 rue Jean Roussat

-Hôtel de Piétrequin, 4 rue du Chanoine-Defay

-Hôtel du Breuil de Saint-Germain, aile est

L'imprimerie, qui s'y serait installé depuis la fin du xve siècle10, est surtout connue par le biais de l'imprimeur Jean Desprez (Jehan des Prey). C'est chez ce dernier que Jean Tabourot, chanoine à Langres en 154211, (de son anagrame Thoinot Arbeau) imprime en 1589 son traité L'Orchésographie. Joseph Boillot, architecte, ingénieur militaire et occupant successivement plusieurs charges à Langres12 dont celle de "contrôleur du magasin des poudres et salpêtres", publie en 1592 chez Jean Desprez son célèbre recueil de termes zoomorphes, Nouveaux Pourtraitz et figures de termes pour user en l'architecture [archive].

Richard Roussat, , également chanoine à Langres, imprime son Livre de l'estat et mutation des temps [archive], à Lyon chez Guillaume Rouillé en 1550.

Pour la gravure, Jean Duvet est l'auteur de l'Apocalypse figurée, certaines de ses œuvres se trouvent au Musée d'art et d'histoire de Langres13.

Charles IX rend visite à Langres lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’AnjouHenri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine14. Pendant les guerres de religion, les Langrois, pour la plupart, suivent leur maire, Jean Roussat, qui reste fidèle au roi légitime. Le parti de la Ligue est très virulent dans la région, avec les Guise dont le bastion de Lorraine est proche. Les protestants et les reîtres allemands avec, entre autres, le prince Casimir s'y opposent, et les deux partis ravagent le pays alentour. Une bataille a lieu au pied des murailles de Langres, au faubourg de Brevoines, le 31 juillet 1589, sans résultat décisif. Dans la nuit du 19 au 20 juillet 1591, un pétard est placé sur la porte de la place du Marché pour investir la ville, mais l'alerte est donnée à temps15.

Le XVIIe siècle

Au xviie siècle, Langres est marquée par l'épiscopat de Sébastien Zamet et par le retour d'une période troublée. En effet, après une relative période de paix, elle subit la guerre de Trente Ans comme d'autres villes en France. La peste frappe de nouveau la ville en 1636.

De 1615 à 1655, Sébastien Zamet est l'évêque de Langres.

La ville compte à cette époque entre 6 000 et 7 00016 habitants.

Un artisanat spécialisé se développe dans la ville puis hors les murs vers Nogent, la coutellerie.

Le XVIIIe siècle

Le 5 octobre 1713, Denis Diderot nait à Langres.

Article détaillé : Denis Diderot.

 

Intérieur de la gare, au tout début du xxe siècle.

Le chemin de fer arrive à Langres en 1857, avec la mise en service de la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville par la compagnie des chemins de fer de l'Est.

Au xixe siècle, une citadelle à la Vauban vient étendre le domaine fortifié. Au début de la guerre franco-prussienne de 1870, Langres est une place de guerre qui barre la route de Bâle à Paris et qui contrôle le nœud ferroviaire de Chalindrey. Une ceinture de forts détachés est en cours de construction. La défense de la place est confiée au général de cavalerie Arbellot le 15 septembre 1870.
Après la capitulation de Metz, le 27 octobre 1870, les Prussiens occupent le Sud de la Lorraine et de la Champagne à l'exception de Langres. Afin de ravitailler les troupes positionnées au Sud de Paris ils utilisent la voie ferrée Saint-Dizier-Chaumont-Châtillon-sur-Seine. En novembre la garnison, mal équipée, mal armée, mal chaussée, compte 12 000 hommes dont une moitié seulement est apte à soutenir un combat.
Du 16 au 20 novembre une division allemande teste la défense de la ville, se retire en l'encerclant, néanmoins, à distance convenable et au moment où une épidémie de variole se développe dans la cité. La place n'étant pas assiégée, la garnison harcèle les voies de communications allemandes, attaque les avant-postes et pénètre même au-delà de ceux-ci. Parmi les coups de main on peut citer17 :

À partir du 18 décembre, l'ennemi commence un nouvel encerclement de Langres. Le 27 décembre, l'ennemi à totalement quitté ses positions et se dirige vers Vesoul en raison du mouvement des troupes du général Bourbaki. Les coups de main recommencèrent :

  • Dans la nuit du 24 au 25 décembre, un détachement fait dérailler un train près de Bricon.
  • Dans la nuit du 11 au 12 janvier 1871, des partisans font dérailler un train près de Courban.

Pour la 3e fois les Prussiens réinvestissent Langres à partir du 14 janvier. Les actions ennemies sont agressives, et les avant-postes postes français sont obligés de reculer.

  • Le 28 janvier le combat de Prauthoy fut le dernier exploit des troupes de la garnison de Langres qui chassèrent les Allemands du village.

En 1884, la ville décide de marquer le centième anniversaire de la mort de Denis Diderot. La place Chambeau est renommée place Diderot et une statue en bronze du philosophe, œuvre de Bartholdi, est érigée en son centre. Cet honneur rendu à un farouche représentant de l'athéisme est l'occasion de nombreuses contestations dans une ville reculée et très conservatrice dont la religion avait fait historiquement la puissance.

En 1887, la ville inaugure le premier train à crémaillère de France.

Depuis 1900

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la commune est libérée le 13 septembre 1944 par les troupes débarquées en Provence19.

La ville engage dès 1970 une procédure de création de secteur sauvegardé (délibération municipale du 23 novembre 1970 et arrêté ministériel du 26 mars 1985). Le plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur délimite un périmètre protégé de 68 ha comprenant les remparts et leurs glacis, la ville intra-muros et le faubourg de Sous-murs. En 1972, Langres absorbe la commune de Corlée.

Depuis 2006, la mise en lumière des principaux monuments permet de créer une atmosphère dès le coucher du soleil.

Dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire initiée par Rachida Dati, la ville de Langres « perd » le tribunal d'instance à compter du 1er janvier 2010, qui avait été installé en 1958.

Artistes Histoire Patrimoine Art Culture Générale Tourisme Écrivains Vauban

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Bienvenue

 

 

Bonne Promenade & Découverte de notre Site

Certaines pages sont en cours de restructuration : Veuillez nous excuser de cette gène Erreur 404 - Page introuvable

 

 

Numéro de Copyright

00065534-1