5e Art : Littérature

Le mot littérature,

issu du latin litteratura dérivé de littera (la lettre), apparaît au début du xiie siècle avec un sens technique de « chose écrite » puis évolue à la fin du Moyen Âge vers le sens de « savoir tiré des livres », avant d'atteindre aux xviie – xviiie siècles son sens principal actuel : ensemble des œuvres écrites ou orales comportant une dimension esthétique (ex. : « C’est avec les beaux sentiments que l’on fait de la mauvaise littérature » André Gide) ou activité participant à leur élaboration (ex. : « Se consacrer à la littérature »).

La littérature se définit en effet comme un aspect particulier de la communication verbale — orale ou écrite — qui met en jeu une exploitation des ressources de la langue pour multiplier les effets sur le destinataire, qu'il soit lecteur ou auditeur. La littérature — dont les frontières sont nécessairement floues et variables selon les appréciations personnelles — se caractérise donc, non par ses supports et ses genres, mais par sa fonction esthétique : la mise en forme du message l'emporte sur le contenu, dépassant ainsi la communication utilitaire limitée à la transmission d'informations même complexes. Aujourd'hui, la littérature est associée à la civilisation des livres par lesquels nous parlent à distance les auteurs, mais elle concerne aussi les formes diverses de l'expression orale comme le conte (en plein renouveau depuis une trentaine d'années dans les pays occidentaux), la poésie traditionnelle des peuples sans écriture — dont nos chansons sont les lointaines cousines — ou le théâtre, destiné à être reçu à travers la voix et le corps des comédiens. La technologie numérique est cependant peut-être en train de transformer le support traditionnel de la littérature et sa nature.

Le concept de littérature a été régulièrement remis en question par les écrivains comme par les critiques et les théoriciens : c'est particulièrement vrai depuis la fin du xixe siècle où l'on a cherché à redéfinir - comme pour l'art - les fonctions de la littérature (par exemple avec la notion d'engagement pour SartreQu'est-ce que la littérature ?) et sa nature (réflexion sur l'écriture et la lecture de Roland Barthes ou études des linguistes comme Roman Jakobson) et à renouveler les critères esthétiques (du « Il faut être absolument moderne » de Rimbaud au nouveau roman en passant par le surréalisme, par exemple).

Il reste que, riche de sa diversité formelle sans limite autant que de ses sujets sans cesse revivifiés qui disent l'humaine condition, la littérature est d'abord la rencontre entre celui qui, par ses mots, dit lui-même et son monde, et celui qui reçoit et partage ce dévoilement. La littérature apparaît donc comme une profération nécessaire, une mise en mots où se perçoit l'exigence profonde de l'auteur qui le conduit à dire et se dire1.

 

42204366 615727982162770 3844530019556655104 n

Reflets de Loups

42204366 615727982162770 3844530019556655104 n

 

www.refletsdeloups.com

Lire la suite

Presse11

Père Guy Gilbert

 

Résultat de recherche d'images pour "pere gilbert"

Le curé des loubards

ou
Le prêtre des loubards

 

Officier de la Légion d'honneur (Décret du ), Chevalier par décret du , décoré par l'abbé Pierre

 

son Agenda

Son association ⇒ www.bergerie-faucon.fr

BERGERIE DE FAUCON
Route départementale 952  - 04120 Rougon
Tél : 04 92 83 67 49 -  contact@bergerie-faucon.fr

 

 

 

 

Lire la suite

Mirbeau

Octave Mirbeau

La nature ne dit rien à l'enfant ni au jeune homme. Pour en comprendrel'infinie beauté, il faut la regarder avec des yeux déjà vieillis, avec un coeur quia aimé, qui a souffert.

L'Abbé Jules (1888) de Octave Mirbeau

Lire la suite

Aphrodite

Aphrodite ou les Murs antiques

 

Reproduction en noir et blanc de la couverture dessinée par Édouard Zierpour l'édition 1900

Ce roman de "mœurs antiques" (sous-titre de l'ouvrage), dont le théâtre est Alexandrie, conte l'histoire de la courtisane Chrysis, et de Démétrios, un sculpteur. Galiléenne aux longs cheveux d'or (d'où son surnom grec), Chrysis, fière de son art et de sa beauté, se flatte d'obtenir « du premier venu la plus vile obéissance ». Démétrios, lui, est l'objet d'un véritable culte parmi les femmes de la cité, mais il est las de leur idolâtrie effrénée. Il en est venu à préférer sa statue d'Aphrodite à la reine Bérénice qui en fut le modèle, et dont il est l'amant blasé.

Chrysis est la seule à marquer du mépris au sculpteur. Exaspéré de désir par sa résistance, Démétrios accepte de voler et de commettre un meurtre pour lui procurer les trois objets qu'elle exige en paiement de ses charmes : le miroir d'argent d'une courtisane rivale, le peigne d'ivoire d'une prêtresse égyptienne, et le collier de perles qui orne la statue de la déesse dans le grand temple d'Aphrodite. Après l'accomplissement de ces forfaits, le sculpteur fait un rêve dans lequel Chrysis lui offre la nuit d'amour qu'il désirait.

Celle-ci en vient à aimer l'homme qui est allé jusqu'au crime pour elle, mais Démétrios la rejette, son rêve lui suffit. Comme elle insiste, il lui fait jurer - comme elle avait fait avec lui - d'accomplir sa volonté, avant de la lui révéler: porter en public les objets volés. Ce qu'elle fait, exhibant à la foule, sur le Phare d'Alexandrie, les attributs et la nudité d'Aphrodite. Emprisonnée et condamnée, Chrysis boit la ciguë, en présence de Démétrios, indifférent. Il se servira ensuite comme modèle du corps nu de la morte, le faisant poser "dans l'attitude violente où il l'a vu en songe, [pour] créer d'après le cadavre la statue de la Vie Immortelle".

 

 

Lire la suite

Poésie de Khalil Gilbran

 

 

LE COEUR DE LA FEMME NE CHANGE PAS AVEC LE TEMPS ET

NE SE TRANSFORME PAS AVEC LES SAISONS.

LE COEUR DE LA FEMME AGONISE LONGTEMPS MAIS NE MEURT PAS.

LE COEUR DE LA FEMME RESSEMBLE À UN DÉSERT

QUAND L'ÊTRE HUMAIN LE PREND POUR UN CHAMP DE BATAILLES

ET DE MASSACRES.

IL ARRACHE SES ARBRES,

BRÛLE SES HERBES,

SOUILLE SES PIERRES DE SANG ET DANS SON SOL,

IL ENTERRE LES OS ET LES CRÂNES.

POURTANT, ELLE DEMEURE PAISIBLE ET CALME.

EN ELLE, LE PRINTEMPS RESTE TOUJOURS LE PRINTEMPS ET

L'AUTOMNE DEMEURE L'AUTOMNE JUSQU'À LA FIN DES TEMPS.

Mere a seizeans

Maman à seize ans - Négative attitude : épisode 1

Mere a seizeans

 

Ce roman est le premier volet d'une tétralogie intitulée :

NÉGATIVE ATTITUDE

Elle raconte le parcours de Juliette au travers de quatre périodes de sa vie.  Après MAMAN à SEIZE ANS et LE CARNET DE CUIR NOIR, elle deviendra une joueuse de poker professionnelle dans FEMME DE LA NUIT. Pour clore, on retrouvera Juliette dans : UNE MAIN TENDUE, où à près de quarante ans, elle devra affronter ses démons.

Lire la suite

 

 

Bienvenue

 

 

Bonne Promenade & Découverte de notre Site

Nous sommes en cours de restructuration : Veuillez nous excuser de cette gène Erreur 404 - Page introuvable

 

 

Numéro de Copyright

00065534-1