Poésie de Muriel Odoyer

Il suffit,
Il suffit d'un rêve
D'une ouverture dans la nuit
D'un chemin qui élève 
Au coeur de l'infini
D'un voile qu'on enlève
Sur ses yeux endormis
D'un petit bout de trêve 
Dans le temps de sa vie

Alors,
Alors on se relève 
L'esprit tout aguerri
Sans armure, ni glaive
On affronte l'ennui
On le perce, on le crève
Sans pitié ni répit
D'un seul coup on l'achève 
On le jette aux oublis

Et puis,
Et puis dans le réel 
L'image trouve sa place
On lui fait la part belle
On l'étreint, on l'embrasse
Comme une joie nouvelle
Qui nous vient, nous dépasse 
Nous donne un autre ciel
Où les nuages s'effacent

Ainsi,
Ainsi on se rappelle
Qu'à chaque jour qui passe
On doit ouvrir ses ailes
S'envoler dans l'espace
Laisser son escarcelle
Retomber de sa masse
Garder dans sa nacelle
Seuls, les rêves que l'on trace

MO, 14/06/2018

 

 

Poésies Livres Écrivains

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

 

Bienvenue

 

 

Bonne Promenade & Découverte de notre Site

Nous sommes en cours de restructuration : Veuillez nous excuser de cette gène Erreur 404 - Page introuvable

 

 

Numéro de Copyright

00065534-1