Evelyne Dress

BIBLIOGRAPHIE

Les ouvrages nous dévoilent une femme qui peut nous faire entrer dans des univers foisonnants de sentiments et de désirs. Ils nous révèlent un sens de l’écoute, de la sympathie et de la rencontre vraie au cœur de mondes inconnus. Cette quête de l’absolu peut conduire le lecteur à basculer parfois dans des espaces où les valeurs habituelles sont souvent bouleversés.

Les Chemins de Garwolin

ISBN/EAN 978-2-35285-097-7 - 18,00 EUR- 280 pages - octobre 2016

Après le décès de son père, Sylvia Gutmanster se lance à vélo dans un pèlerinage à travers la Pologne, sur les traces d’une enfance qu’elle veut ranimer. Mais ce qui est demeuré invisible doit peut-être le rester. Pour elle, le passé revient et se mêle au présent. Les personnages d’autrefois, réels ou mythiques, lui répondent comme dans un jeu de miroir. Au terme de ce voyage, la voix intérieure, qui hante Sylvia depuis toujours, trouvera-t-elle enfin la paix ?

Le Rendez-vous de Rangoon

ISBN/EAN 978-2-35815-187-0- 18,00 EUR - 320 pages septembre 2016

Thérèse est animatrice à la télé. À trente-trois ans, lasse des faux-semblants, des préjugés et de la superficialité de la vie parisienne, elle décide de tout plaquer et prend un billet pour le bout du monde. Le bout du monde, pour elle, c’est la Birmanie. Roman d’amour, de fantasme, de mystère, de politique, de bouddhisme et d’introspection, Le Rendez-vous de Rangoon est aussi une mise en perspective de la vie parisienne, au bout de laquelle Thérèse conclut : « J’aimerais rester dans ce pays où la seule ambition est la survie. »

Evelyne Dress a joué au théâtre et au cinéma, produit des spectacles, écrit des livres. Le Rendez-vous de Rangoon est son quatrième roman.

La Maison de Petichet

ISBN/EAN 978-2-35815-224-2 16,00 EUR 220 pages septembre 2017

Deux sœurs, Alma et Jessica – rivales mais inséparables, éprises de vérité mais capables de tous les mensonges –, sont unies au point d’aimer le même homme, Jacques. D’été en été dans la maison familiale, on rit, on pleure, on chante, on crie, on se jette tout à la figure, objets, insultes, « csardas », les remords valant mieux que les regrets.

Un roman plein de vie, d’optimisme lucide. « Comme Alma, la narratrice, ma grand-mère hongroise avait une maison à Petichet, un hameau à 30 km de Grenoble. Nous nous y retrouvions chaque été pour des vacances en famille. J’étais toute petite et amoureuse du jeune homme du bout du chemin… L’autobiographie s’arrête là. » Evelyne Dress

Les Tournesols de Jérusalem

ISBN/EAN 978-2-35815-188-7 18,00 EUR 296 pages

1897 – Ana Oïzerman a vingt ans lorsqu’elle rencontre Lucien Dupuis. Convaincus d’être les deux moitiés d’une même âme, les jeunes gens se marient en dépit de leurs différences sociales et religieuses : Ana est la fille d’un violoniste juif mondialement connu ; Lucien, le fils d’un riche négociant en vin bordelais, catholique. Commence alors, pour le couple éperdument amoureux, une existence insouciante, pimentée d’une sensuelle connivence. Mais leur bonheur est brutalement remis en question…

Comme Ana, Evelyne Dress est née un 1er août dans un train. Comme son héroïne, elle a été transportée chez les religieuses dès sa naissance…

Les Tournesols sur Les Mots chocolats

 

 

 

 

BIOGRAPHIE

Je suis née un 1er août dans le train, en gare de Lyon-Perrache.

Le train était bondé, ma mère debout. Mon père eut beau la supplier de se retenir jusqu’à Grenoble, les secousses et les trépidations précipitèrent mon arrivée et ma mère accoucha  à la barbe des voyageurs esbaudis. Ma mère et moi fûmes transportées à l’Hôtel-Dieu, un hôpital tenu par les religieuses, dans le deuxième arrondissement de Lyon. A notre arrivée, les sœurs s’écrièrent en joignant leurs mains : « Oh le beau bébé que le Bon Dieu vous a donné madame ! » Voilà, ça a commencé comme ça… Je me suis toujours prise pour une fille de Dieu et j’essaye de me comporter dans la vie de façon à ne pas le décevoir.

Après cette entrée spectaculaire dans la vie, s’ensuivit une enfance que je préfère passer sous silence. Ma mère faillit me noyer dans une bassine en me faisant prendre mon premier bain ! À cinq ans, je tombai amoureuse du jeune homme du bout du chemin qui en avait dix-neuf ! 

En vérité, ma vie a vraiment commencé à 18 ans. Je rêvais de devenir comédienne. J’ai donc passé le concours d’entrée au Centre de la rue Blanche où j’ai été reçue du premier coup. Pendant dix ans, j’ai enchaîné les spectacles éclectiques : de Oh Calcutta à Largo Desolato de Vaclav Havel en passant par Le Marchand de Venise de Shakespeare et les feuilletons pour la télévision.

En 1978, alors que je jouais dans Plantons sous la suie, une comédie musicale au Café de la gare, Patrick Schulmann, venu voir le spectacle, m’a engagée pour être la vedette de Et la Tendresse ? Bordel ! aux côtés de Bernard Giraudeau. Du jour au lendemain, j’ai été reconnue dans la rue et les rôles au cinéma se sont succédés.

Est-ce la précipitation de ma naissance qui me pousse à toujours chercher plus loin ?

En 2007, j’ai découvert la peinture, puis l’écriture et la réalisation. C’est ainsi que j’ai adapté mon premier roman Pas d’amour sans amour qui est devenu un film et que je suis en train d’écrire mon sixième roman, après Les Chemins de Garwolin.

Acteurs(rices) Producteurs Écrivains

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

 

Bienvenue

 

 

Bonne Promenade & Découverte de notre Site

Nous sommes en cours de restructuration : Veuillez nous excuser de cette gène Erreur 404 - Page introuvable

 

 

Numéro de Copyright

00065534-1