Patrimoine

 

se définit comme l'ensemble des biens, matériels ou immatériels, ayant une importance artistique et/ou historique certaine, et qui appartiennent soit à une entité privée (personne, entreprise, association, etc.), soit à une entité publique (commune, département, région, pays, etc.) ; cet ensemble de biens culturels est généralement préservé, restauré, sauvegardé et montré au public, soit de façon exceptionnelle (comme les Journées européennes du patrimoine qui ont lieu un week-end au mois de septembre), soit de façon régulière (château, musée, église, etc.), gratuitement ou au contraire moyennant un droit d'entrée et de visite payant.

  • Le patrimoine dit « matériel » est surtout constitué des paysages construits, de l'architecture et de l'urbanisme, des sites archéologiques et géologiques, de certains aménagements de l'espace agricole ou forestier, d'objets d'art et mobilier, du patrimoine industriel (outils, instruments, machines, bâti, etc.).
  • Le patrimoine immatériel peut revêtir différentes formes : chants, coutumes, danses, traditions gastronomiques, jeux, mythes, contes et légendes, petits métiers, témoignages, captation de techniques et de savoir-faire, documents écrits et d'archives (dont audiovisuelles), etc.

Le patrimoine fait appel à l'idée d'un héritage légué par les générations qui nous ont précédés, et que nous devons transmettre intact ou augmenté aux générations futures, ainsi qu'à la nécessité de constituer un patrimoine pour demain. On dépasse donc largement la simple propriété personnelle (droit d'user « et d'abuser » selon le droit romain). Il relève du bien public et du bien commun.

« La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert. »

— André Malraux (1935)

 

Sommaire (Souce wikipédia)

 

 

 

Histoire

Lieux à Visiter

Autres...

 

La Pentecôte

Fête religieuse juive d'origine païenne célébrant le début des moissons, Shavuot (ou Chavouot) – ou plus exactement Hag Shavuot, qui signifie en hébreu « fête des semaines » –, est la deuxième, avec Pessah et Sukkot, des trois fêtes qui imposaient un pèlerinage au temple de Jérusalem.

Prescrite dans le Lévitique, XXIII, 15-20, la fête de Shavuot est célébrée le cinquantième jour, soit sept semaines après l'offrande de l'omer (la première gerbe d'orge coupée et offerte le lendemain de Pessah, la Pâque juive). Elle porte également le nom de Pentecôte, du grec pentekostê (« cinquantième »). Elle est fixée le 6 sivan (ou 7 sivan pour la Diaspora), correspondant au mois de mai ou de juin.

Pendant la période du Temple, les Hébreux devaient apporter en offrande au Temple les premiers fruits de la récolte et également deux miches de pain pétries avec la nouvelle farine. Appelée également Yom ha-Bikkurim (« jour des premiers fruits », c'est-à-dire des « prémices »), parfois même Hag ha-Qazir (« fête de la moisson »), Shavuot est toujours célébré par les synagogues, qui sont en ce jour décorées de fruits et de fleurs.

Dans le judaïsme rabbinique venu après la destruction du second Temple, Shavuot est associé au moment du don de la Torah, lorsque Moïse reçoit les tables de la Loi au mont Sinaï (Exode, XIX, 10-11). Les passages de la Torah et du livre de Ruth qui relatent cet épisode biblique sont lus et étudiés en cette occasion.

Lire la suite

Maison de la Harpe

Maison de la Harpe Celtique de Dinan

Maison de la Harpe Celtique
Ti an Delenn

 

Hôtel de Kératry julio MMXII 01.JPG

L'ancien Hôtel de Kératry abrite la Maison de la harpe celtique

La Maison de la Harpe Celtique , en breton Ti an Delenn, est un bâtiment du Moyen Âge au 6 rue de l'Horloge à Dinan, renfermant depuis 2003 le siège social du Comité des Rencontres Internationales de Harpe Celtique (CRIHC) et servant de lieu d'expositions et d'ateliers.

 

Placée au cœur de la cité médiévale de Dinan, la Maison de la Harpe s’ouvre à des traditions à la fois proches et lointaines.

Pour tout savoir sur la harpe celtique et les harpes traditionnelles du monde, une visite s’impose !

Selon la programmation, différentes expositions vous sont proposées :

l’exposition « Harpes des Celtes, corps et âme », qui présente au fil d’un parcours ludique et pédagogique, l’histoire de la harpe celtique, ses légendes et sa fabrication ou des expositions temporaires. Sans oublier de nombreuses animations pour les petits comme les plus grands, autour de l’instrument, des ateliers, des concerts et un lien toujours renouvelé avec les musiciens… pour le plus grand plaisir de nos oreilles !

Un espace boutique vous offre également un grand choix de CD, livres et partitions.

La Maison de la Harpe est gérée par le Comité des Rencontres Internationales de Harpes Celtiques (CRIHC), association loi 1901, dont l’objectif est de promouvoir la harpe celtique, sous toutes ses formes. Le CRIHC organise tous les étés depuis 1989 les Rencontres Internationales de Harpe Celtique, festival à la renommée internationale.

Lire la suite

Les chemins & les Pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle

Statue de pèlerin à Puente la Reina.

 

Les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle se sont vu attribuer plusieurs noms selon les époques. Le plus connu est « Jaquet» (étymologiquement « celui qui va à Saint-Jacques »).

Le mot « Romieu » désigne à le pèlerin se rendant à Rome, autre grand pèlerinage. Le terme a également été utilisé pour d'autres pèlerinages et, suivant les époques, fut également donné aux pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

 

Source wikipédia

Lire la suite

Les Chemins de Compostelle

 

##

 

 

Notre acquisition personnelle

sur un vide-grenier, ce jour 12 mai 2018.

Les deux ouvrages bénéficient

d'un tirage de tête numéroté de

1 à 2500 exemplaires,

enrichi d'un dessin inédit ,

signé par l'auteur et imprimé sur  du 

RIVES SHETLAND blanc naturel 250gr.

Lire la suite

Année des Senons

 

L’exposition Les Sénons :

Archéologie et histoire d’un peuple gaulois est la première action issue de la création du Pôle Métropolitain. 

Pour la première fois, les musées de Sens et de Troyes ont travaillé ensemble, autour de cet objectif commun : valoriser les plus belles pièces de leurs collections respectives sur les Sénons. Collections qui, en fonction des thèmes traités, seront enrichies.

La synergie des deux villes et de leur territoire respectif a permis d’imaginer puis concevoir des expositions de niveau national et européen. Elles participent à la promotion de notre territoire et à l’affirmation de notre identité comme valeur ajoutée.

Marie-Louise Fort, maire de Sens

L’exposition est  labellisée  au titre de l’Année europénne du patrimoine culturel 2018 et fait partie des 20 expositions déclarées d’intérêt national par le Ministère de la Culture pour l’année 2018. C’est l’une des deux seules de la Région Bourgogne-Franche-Comté.

 

Une année qui débute lors de la foire avec la reconstitution de villages gaulois et romain, plus de 40 figurants qui prendront place le long du quai Ernest Landry.

 

Ensuite de nombreuses animations avec en point d’orgue l’exposition  les Sénons :

 

 

LES SÉNONS : ARCHÉOLOGIE ET HISTOIRE D’UN PEUPLE GAULOIS

 

 

 

Lire la suite

Ministère des Armées

Identité visuelle (logotype)

Le logotype du ministère varie régulièrement au gré des changements de dénominations. Le logotype suit systématiquement les règles et principes de la charte graphique de la communication gouvernementale en France avec le système du « bloc marque ».

  •  de 2010 à 2012                       2012 à 2017                          depuis 2017

 

En France, le ministère des Armées (anciennement ministère de la Défense de 1974 à 2017) est l’administration responsable de la préparation et de la mise en œuvre de la politique de défense.

Elle est dirigée par : le ministre, membre du gouvernement.

Le chef des armées est le Président de la République.

Le ministre siège à l’hôtel de Brienne, au 14 de la rue Saint-Dominique, dans le 7e arrondissement de Paris, et

l’État-major est situé à l’Hexagone Balard, dans le 15e arrondissement de Paris.

Lire la suite

Langres

Langres (prononcé [lɑ̃gʁ]) est une commune française du département de la Haute-Marne, dont elle est l'une des deux sous-préfectures, en région Grand Est.

Ayant une histoire plus que millénaire d'envergure nationale, son site défensif ayant été occupé depuis le Néolithique, Langres avait au xviie siècle une réputation d'invincibilité : « La ville est dans une assiette renversée si avantageuse et habitée d’un peuple si guerrier qu’elle passe pour la pucelle du pays1. ». La ville est classée ville d'art et d'histoireville fleurie et ville internet. Ses habitants sont les Langrois, ceux de l'époque gauloise étant les Lingons.

http://www.langres.fr

Langres 52 01

https://www.tourisme-langres.com

Lire la suite

Château de Piffonds

Ce château a été construit par

la famille de Courtenay à la fin du XIII e siècle.

En 1309, Philippe le Bel, en visite à Courtenay, aurait résidé à Piffonds.

Changeant souvent de mains, un temps confisqué à la Révolution,

il est vendu en 1835 à

la famille de Bonardi de Ménil, ses derniers châtelains.

 

Mis à nouveau en vente en 1843, le domaine ne trouve pas acquéreur. Le notaire procède à une vente par lots. La commune devient ainsi propriétaire de la partie centrale en 1849.

La partie sud-est a été achetée il y a 17 ans par un Parisien, qui en a fait sa résidence secondaire. « J'ai été séduit par le village, le très bon accueil, la proximité de Paris. Il y avait une restauration à faire, mais le gros 'uvre et la toiture étaient en bon état. L'intérieur a dû être pillé dans les années 60, mais j'ai pu sans trop de difficultés rendre le bâtiment très habitable. »

Alexis Dejaeger est le nouveau maître de la partie ouest depuis 18 mois. Pour lui, c'est un achat passion, un projet de rénovation aiguisé par son métier (Compagnie médiévale).

« La toiture, à la jonction avec la partie communale et la tour, en attente de son toit en poivrière, sont à restaurer. La commune préparant de son côté la réfection des toitures, peut-être pourrait-on synchroniser ces travaux. Le château est inscrit sur la liste complémentaire des Monuments historiques, ce qui ouvre la possibilité de subventions, mais crée aussi des contraintes importantes. Quant au pigeonnier, remis en état à la fin du XV e siècle, il est aujourd'hui en péril. Avec des moyens modestes, mais beaucoup de ténacité, je me suis fixé une période de cinq ans pour réhabiliter l'ensemble et venir y habiter. »

J.-C. S.

Source

 

www.fondation-patrimoine.org/les-projets/chateau-de-piffonds

www.yonne-89.net/Chateau de Piffonds

Lire la suite

Dimanches des Rameaux & de Pâques

Maxresdefault 1

Le christianisme dans le monde aujourd'hui

Le christianisme dans le monde aujourd'hui

Le christianisme est né en Palestine à l’époque où cette région du Proche-Orient était occupée par les Romains. Une partie du peuple juif reconnaît en Jésus de Nazareth, l’envoyé de Dieu (le Messie) qu’ils attendent. Selon les Évangiles, textes fondateurs du christianisme formés de quatre récits, il est le fils de Dieu, envoyé de Dieu le Père pour sauver les hommes du péché et leur apporter la vie éternelle. Ces écrits relatent sa vie et ses enseignements. Ils rapportent que Jésus, le Christ, a accompli des miracles et qu’il est ressuscité après avoir été crucifié. Tout comme ses compagnons, les Apôtres, il se considère comme faisant partie du peuple juif. Il a été baptisé (et circoncis) dans sa religion et la pratique. Ce n’est qu’après la mort du Christ, que ses disciples créent une religion nouvelle à laquelle ils convertissent de nombreux juifs mais aussi d’autres habitants de l’Empire romain. L’apôtre Paul joue alors un rôle majeur dans cette évolution. Dans ses Épîtres, il précise la doctrine du christianisme, D’abord minoritaires et persécutés, les chrétiens célèbrent leur culte dans la clandestinité. Mais en 313, l’empereur Constantin le Grand leur accorde la liberté de pratiquer leur religion. En 392, le christianisme devient la religion officielle de l’Empire romain et les chrétiens sont placés sous l’autorité de l’évêque de Rome, le papeL’Église, c’est-à-dire la communauté des chrétiens devient la seule force capable de maintenir l’unité de l’Occident lors des Grandes Invasionsbarbares. En 1054, un schisme sépare, après maintes querelles, le christianisme oriental, dit « orthodoxe », dont le chef est le patriarche de Constantinople, du christianisme catholique romain. À la fin du xve siècle, un moine allemand, Martin Luther, est à l’origine de la Réforme, schisme qui se produit au sein du christianisme occidental, dont naîtra le protestantisme.

 

Lire la suite

Bienvenue

 

Bonne Promenade & Découverte de notre Site